Notre Forum Index du Forum
Notre Forum Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

13 mars 2016

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Notre Forum Index du Forum -> Actualité générale -> Actualités du jour
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ives
Administrateur fondateur
Administrateur fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mar 2010
Messages: 192 499
Masculin
Localisation: Hermalle sous Argenteau
Gémeaux (21mai-20juin) 虎 Tigre
Point(s): 5 226 517
Moyenne de points: 27,15

MessagePosté le: Sam 12 Mar - 22:23 (2016)    Sujet du message: 13 mars 2016 Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?

Ce samedi, deux adolescentes de 15 et 17 ans ont été mises en examen pour avoir proféré des menaces d'attentat sur Facebook. Leur projet, calqué sur l... Voir

Bonjour {USERNAME}
<a target="_blank" href="http://www.hostingpics.net" title="Hebergeur d'image"><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/843431ives.png" border="0" alt="Hebergeur d'image"></a>
http://ives.unblog.fr/


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Ives
Administrateur fondateur
Administrateur fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mar 2010
Messages: 192 499
Masculin
Localisation: Hermalle sous Argenteau
Gémeaux (21mai-20juin) 虎 Tigre
Point(s): 5 226 517
Moyenne de points: 27,15

MessagePosté le: Sam 12 Mar - 22:35 (2016)    Sujet du message: 13 mars 2016 Répondre en citant


La situation des droits de l'Homme au Soudan du Sud, qui a sombré dans une guerre civile dévastatrice, est "parmi les plus horribles" dans le monde,...Voir

Bonjour {USERNAME}
<a target="_blank" href="http://www.hostingpics.net" title="Hebergeur d'image"><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/843431ives.png" border="0" alt="Hebergeur d'image"></a>
http://ives.unblog.fr/


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Ives
Administrateur fondateur
Administrateur fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mar 2010
Messages: 192 499
Masculin
Localisation: Hermalle sous Argenteau
Gémeaux (21mai-20juin) 虎 Tigre
Point(s): 5 226 517
Moyenne de points: 27,15

MessagePosté le: Sam 12 Mar - 22:36 (2016)    Sujet du message: 13 mars 2016 Répondre en citant

Bart De Wever s'interroge sur la volonté politique au sein du gouvernement


Bart De Wever se demande s'il y a suffisamment de volonté politique au sein de la coalition fédérale pour que le contrôle budgétaire aboutisse à un succès.
Partager:



 
Des leaders sociaux-démocrates planchent sur une réforme de l'Europe


Une quinzaine de leaders sociaux-démocrates européens ont été accueillis à Paris par François Hollande, désireux d'afficher sa volonté de poursuivre la réforme de l'Union européenne, au-delà et en dépit de la crise des migrants.
Partager:



 
 "Le français doit être moins élitiste"



Dite en déclin, jugée sans doute à tort en perte de vitesse, ébranlée par une réforme de l'orthographe pourtant ni neuve ni fondamentalement bouleversante, la culture française est en proie à une sorte de mal-être existentiel.
Partager:



 
Un quart des entrepreneurs bruxellois écartés des crédits par les banques


Un quart des entreprises bruxelloises ne parvient pas à obtenir un crédit auprès des banques, ressort-il d'une enquête en ligne présentée en prélude aux Brussels Business Days, qui auront lieu de lundi à jeudi à Tour & Taxis.
Partager:



 
Haro contre un centre pour sans-abri et migrants dans les beaux quartiers parisiens


Un centre d'hébergement pour sans-abris et migrants en lisière du bois de Boulogne, près des beaux quartiers de Paris? La perspective affole les riverains, dont plus de 40.000 ont signé une pétition pour s'opposer au projet.
Partager:



 
Nucléaire: toujours aucun plan d'évacuation d'urgence, déplore Défi


Cinq ans après la catastrophe de Fukushima au Japon, la Belgique ne dispose toujours pas de plan d'évacuation d'urgence des populations en cas de catastrophe nucléaire, déplore Défi.
Partager:



 
 Tickets au marché noir: l'illégalité en toute impunité



La guerre est déclarée ! D'un côté, les organisateurs officiels d'événements sportifs ou culturels. De l'autre, le marché noir en ligne. Les premiers sont bien décidés à anéantir le second.
Partager:



Bonjour {USERNAME}
<a target="_blank" href="http://www.hostingpics.net" title="Hebergeur d'image"><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/843431ives.png" border="0" alt="Hebergeur d'image"></a>
http://ives.unblog.fr/


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Ives
Administrateur fondateur
Administrateur fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mar 2010
Messages: 192 499
Masculin
Localisation: Hermalle sous Argenteau
Gémeaux (21mai-20juin) 虎 Tigre
Point(s): 5 226 517
Moyenne de points: 27,15

MessagePosté le: Sam 12 Mar - 22:36 (2016)    Sujet du message: 13 mars 2016 Répondre en citant

  



sport



 





Daniel Van Buyten: «J'aurai toujours envie de rejouer» (Vidéo)











REGIONS






Toute l'actu de Oupeye. Pour lire les articles, cliquez ici




 
  
  
  
  
  
 

Bonjour {USERNAME}
<a target="_blank" href="http://www.hostingpics.net" title="Hebergeur d'image"><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/843431ives.png" border="0" alt="Hebergeur d'image"></a>
http://ives.unblog.fr/


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Ives
Administrateur fondateur
Administrateur fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mar 2010
Messages: 192 499
Masculin
Localisation: Hermalle sous Argenteau
Gémeaux (21mai-20juin) 虎 Tigre
Point(s): 5 226 517
Moyenne de points: 27,15

MessagePosté le: Dim 13 Mar - 10:19 (2016)    Sujet du message: 13 mars 2016 Répondre en citant


Fatoumata Koïta, conseillère départementale socialiste de l'Essonne et maire adjointe d'Evry, aurait dépensé entre 17 000 et 20 000 euros en...Voir

Bonjour {USERNAME}
<a target="_blank" href="http://www.hostingpics.net" title="Hebergeur d'image"><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/843431ives.png" border="0" alt="Hebergeur d'image"></a>
http://ives.unblog.fr/


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Ives
Administrateur fondateur
Administrateur fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mar 2010
Messages: 192 499
Masculin
Localisation: Hermalle sous Argenteau
Gémeaux (21mai-20juin) 虎 Tigre
Point(s): 5 226 517
Moyenne de points: 27,15

MessagePosté le: Dim 13 Mar - 10:20 (2016)    Sujet du message: 13 mars 2016 Répondre en citant


 


Budget: De Wever s’interroge sur la volonté politique du gouvernement


par Rédaction en ligne



 


Le président de la N-VA l’assure: son parti a proposé des solutions pour résoudre le problème du trou de 2,2 milliards d’euros.




 

 


Muse, le dernier ogre du rock


par Didier Zacharie



 


Le groupe anglais s’apprête à envahir le Palais 12 pour quatre concerts qui s’annoncent dantesques. Comment Muse est-il devenu le dernier ogre du rock? Explication d’un phénomène.





 


Une femme à la tête de l’USC de Charleroi


par Didier Albin



 


Mauricette Carême est la nouvelle présidente de l’Union socialiste communale de Charleroi.




 

 


Skowronek, Verheggen, Lambersy, Meur, etc., lauréats des Prix de l’Académie


par Jean-Claude Vantroyen



 


L’Académie belge a remis ce samedi douze prix de littérature. Nathalie Skowronek en est heureuse: «Ces prix font du bien. Parce qu’écrire est un métier de grande solitude».







 Journal 
 







 

 


 


Le démantèlement partiel de la jungle de Calais en voie d’achèvement


Par Rédaction en ligne





 

Les politiques préfèrent l’Euro aux JO


Par Véronique Lamquin






Crise des migrants: «Une certaine idée de l’Homme»


Par Vincent Engel





 

La FGTB rompt un accord tacite avec le patronat


Par Jean-François Munster






Voici les 5 choses à savoir sur la 30e journée de D1


Par David Dessouroux





 

Ska sur le trou budgétaire: «J’espère qu’il y aura un peu d’audace»


Par Jacques Cremers






Premier League: Kompany et Manchester City perdent des plumes à Norwich (0-0)


Par David Dessouroux





 

SNCB: faut-il armer les agents de Securail?


Par Rédaction en ligne










Dossier


 


La Belgique s’effrite




 




Le Kroll du jour


 


Le Kroll du jour: l’ajustement budgétaire




 



Galerie photo

 

Fukushima, zone fantôme



Bonjour {USERNAME}
<a target="_blank" href="http://www.hostingpics.net" title="Hebergeur d'image"><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/843431ives.png" border="0" alt="Hebergeur d'image"></a>
http://ives.unblog.fr/


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Ives
Administrateur fondateur
Administrateur fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mar 2010
Messages: 192 499
Masculin
Localisation: Hermalle sous Argenteau
Gémeaux (21mai-20juin) 虎 Tigre
Point(s): 5 226 517
Moyenne de points: 27,15

MessagePosté le: Dim 13 Mar - 10:21 (2016)    Sujet du message: 13 mars 2016 Répondre en citant

"Railleries de cour d'école": vivement critiqué, Trump accuse deux nettes défaites

Ted Cruz s'est imposé aux dépends du milliards lors des caucus dans le Wyoming. Marco Rubio s'est, pour sa part, imposé à Washington D.C., alors que...Voir

Bonjour {USERNAME}
<a target="_blank" href="http://www.hostingpics.net" title="Hebergeur d'image"><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/843431ives.png" border="0" alt="Hebergeur d'image"></a>
http://ives.unblog.fr/


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Ives
Administrateur fondateur
Administrateur fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mar 2010
Messages: 192 499
Masculin
Localisation: Hermalle sous Argenteau
Gémeaux (21mai-20juin) 虎 Tigre
Point(s): 5 226 517
Moyenne de points: 27,15

MessagePosté le: Dim 13 Mar - 10:26 (2016)    Sujet du message: 13 mars 2016 Répondre en citant

"À Malines, on a promis des jours de congé aux joueurs en cas de victoire…", déclare Ferrera avant le déplacement du Standard à Malines
  • 12/03 - 20h23
  • 130


Liège: 1ère édition de «Veg'In City» pour sensibiliser le public au véganisme
  • 2
  • 12/03 - 18h42
  • 42


Vol ayant entraîné le décès de ‘Jean La Glace' à Saint-Nicolas: un quatrième auteur présumé s'est rendu
Bonjour {USERNAME}
<a target="_blank" href="http://www.hostingpics.net" title="Hebergeur d'image"><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/843431ives.png" border="0" alt="Hebergeur d'image"></a>
http://ives.unblog.fr/


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Ives
Administrateur fondateur
Administrateur fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mar 2010
Messages: 192 499
Masculin
Localisation: Hermalle sous Argenteau
Gémeaux (21mai-20juin) 虎 Tigre
Point(s): 5 226 517
Moyenne de points: 27,15

MessagePosté le: Dim 13 Mar - 10:26 (2016)    Sujet du message: 13 mars 2016 Répondre en citant

Travaillez pour le numéro un de la Bière, ambassadeur de la Belgique à travers le monde
  • 10/03 - 19h00
  • Publi-rédactionnel



Ans: un dealer présumé interpellé au terme d’une course-poursuite
  • 12/03 - 14h49
  • 3

Il insulte Charles Michel sur Facebook en le traitant de "trou du cul" et se fait convoquer par la police
  • 13/03 - 09h00
  • 581

Ce Bruxellois âgé de 50 ans est menacé d’expulsion alors qu’il vit depuis plus de 40 ans en Belgique (photos)
  • 2
  • 12/03 - 07h13
  • 85

Seraing - Eupen (samedi soir): pas le droit à l’erreur
  • 12/03 - 06h02
  • 1

Liège : arrêté pour avoir séquestré et battu son beau-père de 61 ans à Saint-Nicolas
  • 11/03 - 19h57
  • 12

Le Standard joue sa qualification pour les PO1, le RMP veut disputer les PO2: voici les cinq choses à savoir sur la 30e journée de D1
  • 6
  • 12/03 - 19h43
  • 55

Liège: soupçonné de l’agression violente d’un homosexuel, il est acquitté en dénonçant son complice
  • 11/03 - 12h12
  • 7

Viaduc de Herve: un automobiliste grièvement blessé après avoir percuté un camion-tampon
Liège: une chèvre exposée au Musée des Beaux-Arts sodomisée par le service des musées liégeois!
  • 11/03 - 11h14
  • 29

Ardentes 2016: Mark Ronson en tête d’affiche du jeudi mais aussi les Casseurs Flowters et... Sniper!
  • 11/03 - 18h47

Football (Promotion D): Parreira (Lensois) à Richelle la saison prochaine
  • 11/03 - 14h03
  • 1

Trois tués dans un crash à Coronmeuse: Toufik, Redouane et Liliane ont perdu la vie (infographie)
  • 2
  • 11/03 - 14h12

Seraing: Laurie débarquée du train en pleine nuit parce que son Go Pass était périmé au lendemain de son 26ème anniversaire
  • 11/03 - 09h29
  • 157

Liège: Brian Lo Bianco, un éboueur, fauché par un 4X4, qui a pris la fuite!
  • 11/03 - 06h06
  • 24

Standard: Fulham et Sheffield Wednesday sur la piste de Jordi Malela
  • 11/03 - 10h20
  • 9

Liège: la commission des poursuites va vers un refus de lever l’immunité d’Alain Mathot
  • 10/03 - 20h15
  • 181

Deux Verviétois et un Liégeois sur une liste de recrues de l’EI "probablement authentique"
  • 1
  • 10/03 - 16h59
  • 17

Acte crapuleux à Herstal: des vandales ont incendié la plaine de jeux de l’Agora space Axel Witsel de Vottem, très appréciée par les enfants (Photos)
  • 2
  • 10/03 - 14h07
  • 62

Oupeye: Face aux accusations de «chantage», le Bourgmestre s’exprime sur la «charge communale» réclamée à ceux qui veulent faire construire dans la commune.
  • 10/03 - 12h00
  • 14

Liège: la collision frontale à Coronmeuse a fait une troisième victime
  • 10/03 - 12h26
  • 148

Proximus League: Seraing a sa licence et saisit le TAS concernant son interdiction de transférer
  • 1
  • 10/03 - 16h25

Homicide de «Jean la Glace» à Saint-Nicolas: un quatrième mineur arrêté ce samedi
  • 12/03 - 17h22

Oupeye: Kevin doit payer 7.854 € pour son permis d’urbanisme
  • 10/03 - 06h25
  • 94

Explosion de la rue Léopold: l’instruction est clôturée et il n’y a pas d’inculpation
  • 10/03 - 06h00
  • 20

Chaudfontaine: pour ses 40 ans, Galler et le couturier Jean-Paul Lespagnard s’associent pour créer des oeufs «fashion»
  • 2
  • 9/03 - 20h27

Seraing: un couple cultive du cannabis pour payer ses huissiers
  • 10/03 - 20h35
  • 6

Assises de Liège: Rita Henkinet écope de 10 ans de prison ferme pour l’assassinat de ses deux enfants
  • 9/03 - 20h08
  • 264

De nombreuses personnalités du sport et des supporters du Standard ont rendu un dernier hommage à Dominique D’Onofrio (photos)
Football (P2C): Tony Niro terminera la saison à La Minerie
  • 9/03 - 13h16

Des magistrats liégeois dans l’impossibilité de consulter leurs e-mails sur leur smartphone
  • 9/03 - 07h14
  • 2

Abandon de Gilbert à Paris-Nice: "Ce mardi, j’avais la poitrine en feu, c’était insupportable"
  • 1
  • 9/03 - 11h33
  • 12

Division 2: José Jeunechamps nouvel entraîneur de Seraing
  • 9/03 - 08h56

Bonjour {USERNAME}
<a target="_blank" href="http://www.hostingpics.net" title="Hebergeur d'image"><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/843431ives.png" border="0" alt="Hebergeur d'image"></a>
http://ives.unblog.fr/


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Ives
Administrateur fondateur
Administrateur fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mar 2010
Messages: 192 499
Masculin
Localisation: Hermalle sous Argenteau
Gémeaux (21mai-20juin) 虎 Tigre
Point(s): 5 226 517
Moyenne de points: 27,15

MessagePosté le: Dim 13 Mar - 10:27 (2016)    Sujet du message: 13 mars 2016 Répondre en citant

A Rochefort, les berges des rivières sont propres
Depuis plusieurs années, la ville de Rochefort et les sociétés de pêche se sont associées pour organiser le nettoyage des berges de la Lhomme et de la Lesse.
Date de publication dimanche 13 mars 2016 à 10h14
Source : MAtélé






A Rochefort, les berges des rivières sont propres - MAtélé

Dès 9 heures du matin, au pont d'Eprave,  ils étaient un trentaine de membres du comité royal de l'amicale des pêcheurs Lhomme et Lesse à prendre part au nettoyage des berges des rivières rochefortoises. La commune a offert des sacs, a assuré le ramassage et a donné des gants aux participants.
Grâce l'attrait de la bonne politique halieutique de la société, quelques membres venus de Flandres sont venus aider nos pêcheurs locaux.
Didier Luyckx, le vice-président de l'amicale nous confie:
"Auparavant, lors de fortes crues, nous avons dû ramasser des meubles, des frigos, et même... une poupée gonflable. Cette année, nous n'avons pas subit de fortes inondations, les déchets se limitent souvent à des canettes ou des plastiques"
Malgré les recommandations, les participants n'ont pourtant pas hésité à démontrer leurs  talents d'alpinistes face au courant froid et abondant de la Lesse.
En l'absence de fortes crues, au total, plus de deux grosses camionnettes ont été remplies de déchets. De quoi faire réfléchir ?
Signalons encore qu'un barbecue était offert à midi et qu'une réduction de 15 euros sur l'achat d'une carte de pêche 2016 étaient proposées aux volontaires.
La soirée s'est clôturées par l'assemblée générale des membres du comité royal des pêcheurs Lesse et Lhomme.
Bonjour {USERNAME}
<a target="_blank" href="http://www.hostingpics.net" title="Hebergeur d'image"><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/843431ives.png" border="0" alt="Hebergeur d'image"></a>
http://ives.unblog.fr/


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Ives
Administrateur fondateur
Administrateur fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mar 2010
Messages: 192 499
Masculin
Localisation: Hermalle sous Argenteau
Gémeaux (21mai-20juin) 虎 Tigre
Point(s): 5 226 517
Moyenne de points: 27,15

MessagePosté le: Dim 13 Mar - 10:28 (2016)    Sujet du message: 13 mars 2016 Répondre en citant

Brésil: manifestations convoquées dans tout le pays contre Rousseff
AFP Publié le dimanche 13 mars 2016 à 10h13 - Mis à jour le dimanche 13 mars 2016 à 10h14




International
Des manifestations sont convoquées dimanche dans tout le Brésil pour réclamer le départ de la présidente de gauche Dilma Rousseff, embourbée dans une crise politique majeure qui menace d'entraîner sa destitution.
Mme Rousseff a appelé samedi soir les Brésiliens à manifester pacifiquement alors que des débordements sont craints entre anti et pro-gouvernement.
"Je lance un appel pour qu'il n'y ait pas de violences. Tout le monde à le droit de manifester, personne, d'aucun bord, de commettre des violences", a-t-elle exhorté.
L'opposition espère mobiliser massivement ses partisans pour faire pression sur les parlementaires qui hésitent à voter pour ou contre le départ de la présidente de gauche au cours des prochaines semaines. Des manifestations sont annoncées dans plus de 438 villes du Brésil, au moment où le géant émergent d'Amérique latine est embourbé dans une triple crise dévastatrice.
Le Brésil entame sa deuxième année de forte récession économique, alors que la crise politique attisée par le scandale de corruption Petrobras paralyse l'action du gouvernement du Parti des travailleurs (PT gauche) au pouvoir depuis 2003.
Les organisateurs des manifestations de dimanche sont des mouvements citoyens marqués à droite qui avaient déjà convoqué l'an dernier trois journées de protestations du même type. Lors de la plus importante, ils avaient rassemblé 1,7 million de Brésiliens en mars 2015.
- 'Contre la corruption' -
Les partis d'opposition se sont pour la première fois explicitement joints à leur appel.
"C'est le moment de porter les couleurs du Brésil et de descendre pacifiquement dans les rues pour protester contre la corruption du gouvernement Dilma", appelle sur son site internet le Parti social-démocrate brésilien (PSDB, centre-droit), la principale force de l'opposition.
Le président du PSDB, le sénateur Aecio Neves, candidat malheureux de Dilma Rousseff à la présidentielle de 2014, participera au cortège de Sao Paulo, fief de l'opposition.
C'est dans la capitale économique qu'est attendue la plus grande marche.
L'opposition surfe sur les récents déboires judiciaires de l''ex-président Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2010), mentor politique de Dilma Rousseff.
L'ancien ouvrier syndicaliste, qui avait présidé au "miracle" socio-économique brésilien des années 2000, a été rattrapé par le scandale de corruption Petrobras, qui éclabousse la coalition au pouvoir. Des procureurs de Sao Paulo réclament parallèlement des poursuites contre lui pour "occultation de patrimoine" et son placement en détention, à propos d'un appartement dont il nie être le propriétaire.
Lula avait vivement réagi il y a huit jours à une brève et humiliante interpellation à domicile par les enquêteurs du dossier Petrobras.
Se disant victime d'une persécution judiciaire visant à l'éliminer de la course à la présidence en 2018, il avait appelé ses militants à déscendre dans les rues.
Le PT a décidé de rester à l'écart des manifestations de dimanche, "pour éviter les provocations", appelant ses militants à manifester les 18 et 31 mars.
La situation est de plus en plus critique pour Dilma Rousseff, qui avait pris les vendredi les devants de ce weekend-end périlleux en affirmant n'avoir aucune intention de démissionner.
Mme Rousseff avait appelé Lula à la rescousse en l'invitant à accepter un poste au sein de son gouvernement.
Samedi, la présidente à reçu un nouveau coup de semonce: le Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB), l'incontournable allié centriste de sa coalition, s'est donné un délai de 30 jours pour décider s'il la lâchera ou non, lors de son congrès national à Brasilia.
Les délégués du PMDB ont réélu à leur tête Michel Temer, le vice-président du Brésil qui assumerait le pouvoir en cas de destitution de Dilma Rousseff, jusqu'aux élections de 2018.
La présidente vit depuis décembre sous la menace d'une procédure parlementaire de destitution lancée par l'opposition qui l'accuse de maquillage de comptes publics en 2014, année de sa réélection, et au premier semestre 2015.
Cette procédure a été freinée par le Tribunal suprême fédéral. Mais elle va rebondir rapidement dès que la haute juridiction aura fixé définitivement les règles de son cheminement, mercredi.
Les deux tiers des votes des députés (342 sur 512) seraient nécessaires pour que Mme Rousseff soit mise en accusation devant le Sénat, où un vote des deux tiers (54 sur 81) serait également requis pour la destituer.
Bonjour {USERNAME}
<a target="_blank" href="http://www.hostingpics.net" title="Hebergeur d'image"><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/843431ives.png" border="0" alt="Hebergeur d'image"></a>
http://ives.unblog.fr/


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Ives
Administrateur fondateur
Administrateur fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mar 2010
Messages: 192 499
Masculin
Localisation: Hermalle sous Argenteau
Gémeaux (21mai-20juin) 虎 Tigre
Point(s): 5 226 517
Moyenne de points: 27,15

MessagePosté le: Dim 13 Mar - 10:28 (2016)    Sujet du message: 13 mars 2016 Répondre en citant

L’anglicisation de l’enseignement supérieur au Pays-Bas
13 mars 2016 | Auteur : Ludo Beheydt | Traducteur : Marcel Harmignies

Soudain, cela va extrêmement vite aux Pays-Bas. L’anglicisation de l’enseignement supérieur se réalise à un rythme effrayant, et il est d’ailleurs curieux que les premières réactions se manifestent seulement maintenant dans la société. Il existait bien déjà un certain émoi sous-jacent, et des locuteurs inquiets avaient bien exprimé leur mécontentement, mais cela restait jusqu’en juin 2015 des ronchonnements en marge. Pas de quoi, en tout cas, bouleverser les foules. Maintenant, si. Le déroulement de tout ce processus mérite une attention particulière dans le contexte européen d’aujourd’hui.
De «Le néerlandais, sauf si …» à «L’anglais, sauf si …»
L’impulsion initiale à l’anglicisation massive qui se propage maintenant irrésistiblement a été donnée, en fait, en 2003 par le rapport Nederlands, tenzij … (Le néerlandais, sauf si …) de la Commissie Nederlands als Wetenschapstaal (Commission sur le néerlandais comme langue scientifique) de la Koninklijke Nederlandse Academie van Wetenschappen (KNAW – Académie royale des sciences des Pays-Bas)1 . La teneur de ce rapport rend parfaitement l’état d’esprit dans lequel s’inscrit l’anglicisation actuelle, comme l’illustre l’extrait suivant de la conclusion: «L’avènement d’une lingua franca unique à l’échelle mondiale présente d’énormes avantages, surtout dans le domaine de la connaissance. Pas seulement dans les disciplines scientiques, mais aussi dans les disciplines littéraires ou les sciences humaines. C’est pourquoi il faut encourager l’usage de l’anglais sans rancune et avec entrain». Le lecteur français ne manquera pas de remarquer avec quelle franchise la «perte d’importance» du néerlandais est rationalisée.
D’ailleurs, le titre du rapport ne laisse aucun doute à cet égard: Nederlands, tenzij … signifie: le néerlandais est la langue véhiculaire de l’enseignement supérieur, sauf s’il se trouve dans l’auditoire une personne ne connaissant pas la langue. Avec la nouvelle formule, la langue du pays est reléguée d’un seul coup au rang de langue des petites choses de tous les jours, impropre à l’usage scientifique universitaire. Le monde académique a tout de suite pris ce message à cœur. Et à partir des cercles universitaires, il s’est même transmis, avec un prosélytisme typiquement néerlandais, au reste de l’Europe. Abram de Swaan, sociologue néerlandais renommé, affirmait dans son livre retentissant Woorden van de wereld. Het mondiale talenstelsel (Les Mots du monde. Le système global des langues)2 que toutes les nations de l’Union européenne feraient mieux de se résigner à la suprématie de la langue anglaise, puisque: «Les Européens sont de plus en plus nombreux à avoir appris l’anglais, et le parlent comme une seconde langue. Ils l’utilisent pour les échanges internationaux, dans les affaires et en voyage, dans les sciences et la technologie». Ce message indique clairement que l’anglicisation de l’enseignement supérieur n’est pas un problème exclusivement néerlandais, mais doit faire l’objet d’une politique linguistique européenne. Le réflexe de pays pilote qui caractérise les Pays-Bas, habitués à prendre l’initiative en matière de politique linguistique, ne devrait-il pas faire réfléchir le reste de l’Europe ?
Au départ, le rapport de la KNAW n’a suscité que peu de réactions. Les universités accueillirent la suggestion avec intérêt comme il ressort, entre autres, des propos symptomatiques tenus par M. Breimer, président de l’université de Leyde, dans l’hebdomadaire de l’établissement, Mare, du 13 mars 2003: «La règle de conduite est: l’anglais en cycle de master, là où c’est fonctionnel. Mais il faudra établir que des cours en néerlandais sont nécessaires». Le lecteur attentif sera frappé par le glissement essentiel qui s’est opéré ici: Le néerlandais, sauf si … a été changé irréfutablement en L’anglais, sauf si …! Ce glissement se manifeste aussi déjà très concrètement dans l’enseignement universitaire actuel aux Pays-Bas. Dans une réponse à l’occasion des questions parlementaires du 14 juillet 2015, il est écrit que, de 2009 à 2013, l’ensemble des matières enseignées en anglais est passé de 64% à 80% et que, dans les écoles supérieures, environ 15% de l’enseignement se fait déjà en anglais3 .Et le processus se poursuit. Cela va réellement très vite maintenant. Là où l’anglicisation se limitait encore initialement aux masters, on constate que les cours de «bachelor» – pour la correspondance avec les programmes d’études en usage en France, nous utiliserons le terme de «licence» – sont, eux aussi, de plus en plus souvent donnés en anglais, d’ores et déjà à la Technische Universiteit Del , à la Technische Universiteit Twente, dans les universités de Leyde, Maastricht, Groningue, Utrecht, Wageningen, à l’Erasmus Universiteit de Rotterdam. Par exemple, les paroles du président Karel Luyben de la Technische Universiteit Delft , lors d’un débat, le 9 mars 2015, sont significatives. Selon lui, l’enseignement en licence totalement en anglais n’est qu’une question de temps pour son université. Dans un récent article de la revue Neerlandia, le président Carel Stolker de l’université de Leyde écrit d’ailleurs aussi: «L’anglicisation de l’université ne peut être arrêtée. Nos «propres» étudiants de master reçoivent dans une mesure qui va croissant des  cours en anglais, et cela sera bientôt le cas également pour de nombreux étudiants de licence»4 Internationalisation et «souci du rendement» néerlandais
Souci du rendement
L’argument le plus souvent avancé pour promouvoir cette anglicisation est l’internationalisation de l’enseignement supérieur, entre autres du fait du succès extraordinaire des programmes Erasmus depuis un quart de siècle. En 2012 déjà, près de trois millions d’étudiants avaient bénéficié d’une mobilité internationale, et on suppose que ce nombre atteindra quinze millions en 2025. Ce sont surtout les pays de l’Union européenne possédant des langues moins répandues qui ont très rapidement ouvert la voie à l’introduction de l’anglais. De plus, les universités néerlandaises s’engagent dans un recrutement effréné d’étudiants sur le marché international parce que, aux Pays-Bas plus qu’ailleurs, l’idée économique d’une internationalisation irrésistible du marché de l’enseignement a fait son chemin. Surfant sur ce «souci du rendement», les universités et les écoles supérieures néerlandaises veulent s’assurer leur part de ce marché aussi rapidement que possible, même si cela demande des sacrifices à leurs propres étudiants. Ou, comme l’a formulé de manière si frappante le président Luyben de Delft déjà cité: «Ce que je veux, c’est une véritable culture internationale à Delft . Les étudiants étrangers doivent s’y adapter, mais les Néerlandais aussi».
Cette internationalisation ressort aussi des changements rapides dans la composition du corps universitaire. La proportion de scienti ques et de professeurs internationaux ne cesse d’augmenter et, en outre, on porte davantage d’attention à la qualité scientifique du chercheur ou du professeur qu’à sa connaissance du néerlandais. Nombre de professeurs des universités néerlandaises sont non-néerlandophones et donnent leurs cours exclusivement en anglais. Ce qui vaut pour l’enseignement est vrai a fortiori pour les équipes de recherche. La recherche est de plus en plus menée dans le cadre d’accords de coopération internationale. C’est même déjà l’un des critères pour l’octroi de subventions. Celui qui dépose un projet de recherche avec une équipe internationale a plus de chances de le voir accepter, et la lingua franca de pareilles équipes est évidemment l’anglais. Par ailleurs, le financement de la recherche devenant plus maigre, les universités sollicitent de plus en plus souvent un financement international, ce qui se fait exclusivement en anglais. Cette course au profit de l’international lucratif a été récemment renforcée par une motivation supplémentaire pour passer à l’anglais. À l’instar des prestigieuses universités américaines comme le MIT, Stanford, Harvard, etc., les universités néerlandaises, à l’initiative de Leyde et de la Technische Universiteit Delft, s’investissent énormément à l’heure actuelle dans les Massive Open Online Courses (MOOC), cours suivis dans le monde entier et offrant des formations universitaires complètes en ligne, en anglais. En 2014, l’université de Leyde a même ouvert l’année académique par une démonstration publicitaire sur les possibilités des MOOC pour l’avenir des universités.
Plus de raisons qu’il n’en faut pour passer à l’anglais
Les universités et les écoles supérieures voient donc plus de raisons qu’il n’en faut pour passer à l’anglais. Et pas seulement pour les cours. C’est l’université dans son ensemble qui est anglicisée. Les signes avant-coureurs sont légion. À la Technische Universiteit Delft, l’ouverture des cours de l’année 2014 eut lieu pour la première fois en anglais et, en janvier 2015, suivit la première célébration en anglais de l’anniversaire de la fondation de l’établissement. Mieux, à l’occasion de la rentrée 2014 à la Vrije Universiteit d’Amsterdam, le président déclara franchement: «À terme, l’anglais deviendra notre langue de communication, et je ferai ce speech en anglais». Dans les universités de Maastricht, Groningue, Amsterdam et Tilburg aussi, l’anglais est devenu entre-temps la langue véhiculaire.
Ce que cela signifie de manière précise est illustré sur le mode badin dans le chapeau d’un billet d’humeur d’Ad Verbrugge, dans le numéro de NRCDEWEEK du 29 juin 2015: «Dernièrement, je me trouvais à la Tilburg University, où je devais prendre part à une table ronde sur l’agitation dans les universités néerlandaises. Sur la façade du bâtiment où je devais me trouver cet après-midi-là trônait le nom Dante Building. À l’intérieur étaient accrochées des pancartes portant les indications Ground Floor, Lecture Hall etc. À la Vrije Universiteit d’Amsterdam, on trouve encore «you are at». La langue véhiculaire n’apparaît pas que sur des pancartes, on l’introduit aussi sur le lieu de travail comme si une pancarte comme celle-là pouvait se trouver ailleurs»5
À l’université de Maastricht et à l’Erasmus Universiteit Rotterdam, une partie des réunions se tiennent déjà en anglais. Avec, bien sûr, des conséquences sur la gestion. Le Comité directeur de l’Erasmus Universiteit Rotterdam a même décidé d’imposer officiellement le bilinguisme comme norme dans la gestion de l’établissement. Ainsi peut-on lire dans une lettre au personnel: «Tous les documents importants sont publiés normalement en néerlandais comme en anglais. Le bilinguisme de l’ensemble du personnel tant administratif que de soutien est encouragé. Concrètement cela implique que l’université vous aide dans votre propre démarche pour atteindre le niveau de connaissance linguistique approprié à votre fonction; de la manière qui vous convient le mieux». Ainsi, l’enseignement supérieur néerlandais s’isole-t-il à vue d’œil de la société néerlandaise, du fait de sa politique linguistique. Les étudiants semblent, assez curieusement, ne pas en être perturbés. Ils croient manifestement, au pied de la lettre, que puisqu’ils vont en définitive travailler dans un environnement international, mieux vaut y être préparés.
À contre-courant
N’y a-t-il donc aucune réaction à ce e introduction «quasi totalitaire» de l’anglais dans l’enseignement supérieur? C’est ce que vous vous demanderez maintenant, peut-être stupéfait. Bien sûr, mais la résistance ne s’est mise en place que très lentement aux Pays-Bas. Plus lentement qu’en Belgique par exemple, où le professeur de physique de l’université d’Anvers Jozef Devreese, dès 2008, dans le quotidien De Standaard, considérait le renforcement de l’anglais comme une mauvaise médication: «Le bon remède consiste à faire remonter l’excellence scientifique», écrivait-il. Et légalement, la Flandre avait mis par décret un frein respectable à la proportion de formations en langue anglaise, en la limitant, en 2003, à 20% de l’offre de programmes. Il convient d’ajouter ici qu’on a assoupli ce décret dès 2010, en portant la part de l’anglais pour la licence à 30 unités d’enseignement et en exigeant seulement, pour un master en anglais, qu’il existât en Flandre un module équivalent professé en néerlandais.
Aux Pays-Bas, la première réaction substantielle émana, comme on pouvait s’y attendre, de la Nederlandse Taalunie (Union linguistique néerlandaise)6 du Conseil pour la langue et les lettres néerlandaises, dans la Startnotitie Nederlands in het hoger onderwijs (Note initiale: Le néerlandais dans l’enseignement supérieur) de juin 2013. Le signal d’alarme y est explicitement actionné quant à «l’usage décroissant de la langue néerlandaise dans l’enseignement». Cette note préparatoire aborde un certain nombre de points névralgiques de l’anglicisation radicale. En premier lieu naturellement, que celle-ci se fait aux dépens de la connaissance du néerlandais au niveau universitaire, et de l’acquisition du vocabulaire spécialisé en néerlandais. Concrètement: bientôt l’architecte diplômé ne pourra plus expliquer en néerlandais ordinaire ce qu’il attend des ouvriers, le sociologue ne parviendra plus à exprimer convenablement ses recommandations dans la langue du pays, pas plus que le médecin ne sera en mesure d’expliquer à son patient de quelle maladie il est atteint. En effet, l’abandon de la langue du pays au niveau universitaire va, de toute façon, conduire aussi à «une moindre attention à un usage correct de la langue néerlandaise en général». En outre, le Conseil se demande si la focalisation exclusive sur les publications et opinions en langue anglaise est, à vrai dire, bien acceptable sociétalement, car on se prive ainsi de points de vue proprement néerlandais, ce qui crée un fossé funeste entre le monde universitaire et le citoyen néerlandais. Selon le Conseil, on peut a endre des universitaires, pour le moins, une citoyenneté active et «cela suppose une solide connaissance de la langue».
Les établissements d’enseignement se posent trop peu de questions à ce sujet et explicitent trop rarement pourquoi le choix de l’anglais comme langue d’enseignement est tellement indispensable. Cette première ébauche de critique sérieuse a été récemment suivie d’un Manifest van het TaalCollectief (Manifeste du collectif pour la langue néerlandaise)7 et solide, paru sous une forme résumée dans le quotidien NRC Handelsblad du 27 juin 2015 et signé par des dizaines de professeurs d’université, de scientifiques et d’écrivains. À l’instigation, entre autres, du professeur et néerlandiste Frits van Oostrom, de l’écrivain Abdelkader Benali, du professeur d’Études européennes Paul Scheffer et du philosophe déjà mentionné Ad Verbrugge, ce manifeste s’élève violemment contre le «souci du rendement» économique évoqué ci-dessus qui «souvent se manifeste au détriment de la qualité de l’enseignement – prodigué dans un anglais approximatif, n’atteignant pas la limpidité et les nuances de la langue maternelle – alors qu’il n’y a peut-être, assistant au cours, qu’un Chinois égaré et un Allemand branché». Le manifeste s’ouvre sur un constat inquiétant: l’enseignement supérieur ne considère plus le soin apporté à la langue comme une priorité. Inquiétant parce que cela mène à un étiolement de la langue et à une dégradation de la qualité de la pensée. Le globish, «cette forme dépouillée de l’anglais qui possède une grammaire simple et comporte environ 1500 mots», écrase, comme langue du partage mondial des connaissances scientifiques, les nuances et la précision de la langue naturelle. La nuance, l’accès via la traduction aux découvertes scientifiques, une expression des connaissances liée à une culture … tout cela disparaît. De plus, le néerlandais cesse également d’exister en tant que langue scientifique. Comme il s’avère déjà que des jeunes au début de leur parcours universitaire sont loin de maîtriser parfaitement le néerlandais, l’enseignement en anglais abâtardi ne va certainement pas améliorer leur aisance en ce domaine. Le mauvais anglais mal digéré gênera en outre bien des étudiants dans l’approfondissement effectif d’une matière plus ardue, c’est déjà le cas, à l’évidence. Que l’enseignement en anglais soit la cause de pas mal de déperdition dans la transmission des connaissances, n’est néanmoins manifestement pas un obstacle pour les universités, du moins à voir avec quelle facilité le président Luyben évacue la question: «Certes, il y a perte d’information, mais c’est toujours le cas quand quelqu’un s’adresse à un groupe. Il existe heureusement beaucoup d’autres manières de transmettre de l’information».
Cette anglicisation est-elle bien, en fait, aussi utile qu’on le proclame de toute part? Pour bon nombre de métiers, une maîtrise excellente de la langue maternelle est précisément une première condition: dans l’administration publique, la justice, le monde médical, les médias, la politique, l’enseignement, etc. Si l’enseignement supérieur néglige cette plus-value sociétale qu’est une formation de qualité dans la langue maternelle, n’est-ce pas ce fossé social notoire qui est alors creusé entre l’élite anglophone et le reste de la société, parlant sa langue maternelle? L’anglicisation de l’enseignement supérieur est la cause d’une ségrégation sociale dont les premières victimes sont les groupes de population immigrée et la couche inférieure dans son ensemble. Logiquement se pose alors la question: «Pourquoi attendons-nous de nos Néerlandais immigrés qu’ils parlent et écrivent le néerlandais, alors que nous n’y a attachons plus d’importance pour ce qui concerne les professeurs de nos écoles supérieures et de nos universités?
L’anglicisation de l’enseignement supérieur témoigne d’un mépris indécent pour la culture néerlandaise, rompt l’implication des institutions de savoir dans la vie sociale et va à l’encontre de l’intégration indispensable de la connaissance et de la société. La science qui perd le contact avec la collectivité perd sa légitimité et sa crédibilité. En plus, l’indifférence scandaleuse à l’égard des autres composantes du système éducatif, qui manifestement ne sont plus prises en compte, est exaspérante. La conclusion du rapport est donc un bon coup de gueule contre la politique actuelle: «Si nous estimons qu’une bonne maîtrise de l’anglais est réellement importante pour notre enseignement supérieur, alors il serait judicieux d’opter pour une autre approche que l’actuelle anglicisation des matières enseignées. Pour commencer, nous devons veiller à ce que les étudiants possèdent parfaitement le néerlandais!»
La mondialisation qu’on invoque immuablement comme motivation de l’anglicisation actuelle est ici démasquée comme un globalisme régionaliste ne propageant qu’une suggestion de grandeur, mais faisant preuve, au-delà, d’un lamentable manque d’amour propre et d’un souci du rendement à la petite semaine. Que de surcroît, la loi néerlandaise – qui, dans son article 7.2, dispose expressément que le néerlandais doit être la langue de l’enseignement – soit véritablement foulée aux pieds, n’est apparemment qu’un détail gênant. Le manifeste appelle donc à un débat sociétal de fond et le TaalCollectief formule déjà dix actions importantes qui doivent mener à une politique linguistique mûrement réfléchie, dans laquelle l’anglicisation est mise en balance avec l’obligation, essentielle, de prendre soin de la langue et de la culture néerlandaises. En vue de l’implication dans la société et de la formation de «citoyens critiques» qu’on est en droit d’attendre de l’enseignement supérieur, l’anglicisation actuelle, inconséquente, doit être reconsidérée.
Ce vibrant plaidoyer est le premier cri d’alarme motivé émanant des milieux universitaires eux-mêmes. Mais en a endant, il a tout de même fait du bruit au sein de la société. Dans le NRC Handelsblad du 20 juin 2015, Ad Verbrugge a publié une critique particulièrement cassante, mais pertinente, de l’anglicisation actuelle, qu’il estime «incroyablement stupide». Il argumente avec conviction qu’une université qui ambitionne réellement la diversité et la citoyenneté académique ne peut, sous le couvert de la mondialisation, faire du globish sa seule langue véhiculaire. Il termine son article avec la réflexion: «il ne faudra pas s’étonner que finalement le bon peuple aussi – le contribuable – n’ait plus grand respect pour la communauté académique» si «l’élite universitaire se préoccupe surtout d’elle-même – et brade pendant ce temps la culture néerlandaise».
La politique est nalement entrée aussi dans le débat. Le 14 juillet 2015, le député socialiste Jasper van Dijk a questionné le gouvernement sur l’anglicisation, à la suite du Groot manifest, parce que son parti se fait du souci quant à la qualité de l’enseignement et craint une «élite intellectuelle isolée qui, au propre comme au guré, ne parle plus la même langue que les gens». Mais, si nous écoutons la réponse lénifante et creuse de la ministre de l’Éducation, Jet Bussemaker, la question reste bien de savoir si cette critique va conduire à une politique plus réfléchie. La ministre apaise les inquiets avec des banalités, en assurant qu’on veillera à la qualité de l’enseignement; elle «se félicite» de ce que les étudiants étrangers résidant pendant un certain temps aux Pays-Bas soient incités à apprendre un peu le néerlandais, mais ensuite elle retombe dans l’obsession néerlandaise du rendement en affirmant l’importance de l’offre de cours en anglais pour attirer davantage d’étudiants étrangers. Bref, le revirement ne semble pas près de se produire.
 
Traduit du néerlandais (Belgique) par Marcel Harmignies.paru dans « Septentrion. Arts, lettres et culture de Flandre et des Pays-Bas », 2015/5, www.onserfdeel.be/fr
 
Notes
1 Édité par la Koninklijke Academie van Wetenschappen (Académie royale des sciences des Pays-Bas) en 2003.
2 Paru chez Bert Bakker à Amsterdam.
3 Beantwoording Kamervragen over Groot manifest der Nederlandse taal (Réponse aux questions parlemen-
taires sur le grand manifeste de la langue néerlandaise), séance du 14 juillet 2015.
Voir www.rijksoverheid.nl
4 CAREL J.J.M. STOLKER, «Een stem uit Leiden» (Une voix venue de Leyde), in Neerlandia, n° 1 / 2014, pp. 6-8.
5 AD VERBRUGGE, «Nederlands in het hoger onderwijs – en geen globish» (Le néerlandais dans l’enseignement supérieur – et pas le globish), in NRCDEWEEK, 29 juin 2015, pp. 14-15.
6 Accord de coopération intergouvernemental mis sur pied en 1980 par les autorités des Pays-Bas et de la Belgique pour une politique commune dans le domaine de la langue et des lettres néerlandaises.
7 Manifest van het TaalCollectief. Een pleidooi voor een taalrenaissance in het hoger onderwijs van de 21e eeuw – te beginnen met Nederlands (Manifeste du collectif pour la langue néerlandaise. Un plaidoyer pour une renaissance linguistique dans l’enseignement supérieur du XXIe
Pdf 27 juin 2015, consulté en dernier lieu le 15 juillet 2015.
Bonjour {USERNAME}
<a target="_blank" href="http://www.hostingpics.net" title="Hebergeur d'image"><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/843431ives.png" border="0" alt="Hebergeur d'image"></a>
http://ives.unblog.fr/


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Ives
Administrateur fondateur
Administrateur fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mar 2010
Messages: 192 499
Masculin
Localisation: Hermalle sous Argenteau
Gémeaux (21mai-20juin) 虎 Tigre
Point(s): 5 226 517
Moyenne de points: 27,15

MessagePosté le: Dim 13 Mar - 10:32 (2016)    Sujet du message: 13 mars 2016 Répondre en citant

7 à la Une


Menu secondaire Monde
Allemagne: en pleine crise des réfugiés, Merkel face à un test électoral
http://app-eu.readspeaker.com/cgi-bin/rsent?customerid=7764&lang=fr_be&…

2 images
Guido Wolf, candidat de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) dans le Bade-Wurtemberg, aux côtés d'Angela Merkel le 12 mars 2016 à Haigerloch. - © Tous droits réservés
Publicité
&lt;script type="text/javascript" src="https://ad.doubleclick.net/ddm/adj/N9605.270931PEBBLEMEDIA.BE/B9516071.129392908;sz=300x600;click=http://clicks.pebblemedia.adhese.com/raylene//sl31455/coBE/rgBE12/brExplorer/brExplorer11/brScarlet/brWindows10/brdesktop/hkMESSAGENT-/rn4951/sedetailallemagneenpleinecrisedesrefugiesmerkelfaceauntestelectora/seinfo/semonde/inadttrmiddlemale/inadttrmiddlenews/inallowfloat/dmADV2167/dtdesktop/ogcontrol/A283.134.234.197.1457688854005165/ad394188/UR;ord=1457861512515?"&gt;&lt;/script&gt;

Les plus populaires
1 Il insulte et menace Charles Michel sur Facebook: il est convoqué par la police Il insulte et menace Charles Michel sur Facebook: il est convoqué par la police2 Un globe-trotteur belge réalise un clip vantant les beautés du Maroc Un globe-trotteur belge réalise un clip vantant les beautés du Maroc3 L'avion d'Iron Maiden fortement endommagé au Chili L'avion d'Iron Maiden fortement endommagé au Chili4 Contrôle budgétaire: Bart De Wever s'interroge sur la volonté politique au sein du gouvernement Contrôle budgétaire: Bart De Wever s'interroge sur la volonté politique au sein du gouvernement5 Cinquante enfants d'une école d'Ecaussinnes bloqués vendredi à Londres Cinquante enfants d'une école d'Ecaussinnes bloqués vendredi à Londres



Dernières Infos
il y a 16 minutes Le ski alpin dans les Cantons de l'Est uniquement praticable à la Baraque Fraiture il y a 38 minutes Des images d'un braquage mises en ligne? Le criminel peut porter plainte 09h28 Handisport: Nejla, 12 ans, mutilée en Irak, mais étoile montante du tennis de table 08h49 Les Décodeurs: Guillermo Guiz et Sigmund écrivent la Constitution flamande 07h43 Primaires républicaines: Obama appelle à cesser les "insultes" et "violences" 07h19 Syrie: le régime exclut de discuter du sort de Bachar al-Assad à Genève
Fil Info




AFP
Publié à 04h46



Quelque 13 millions d'Allemands sont appelés aux urnes dimanche pour trois élections régionales dans un pays en proie aux doutes face à l'afflux de réfugiés, des scrutins qui pourraient faire plonger le camp d'Angela Merkel et s'envoler la droite populiste.
Pour ces élections test à dix-huit mois de législatives, les premières estimations devraient être dévoilées peu après 17h00 GMT et la fermeture des bureaux de vote dans les Etats régionaux du Bade-Wurtemberg (sud-ouest), de Rhénanie-Palatinat (ouest) et de Saxe-Anhalt (est).
Pour éviter un revers trop cuisant de l'Union chrétienne-démocrate (CDU), la chancelière a battu la campagne, multipliant les meetings électoraux, notamment dans le Bade-Wurtemberg, fief conservateur en péril, et en Rhénanie-Palatinat où la CDU est au coude-à-coude avec les sociaux-démocrates (SPD).
Samedi, la dirigeante a encore consacré l'essentiel de son ultime intervention publique à la crise des réfugiés qui a brouillé les cartes politiques, menaçant son piédestal pour la première fois en dix ans au pouvoir.
Elle a insisté sur le "devoir" qu'avaient les réfugiés de s'intégrer, tout en martelant que les solutions européennes promises depuis des mois allaient réduire le nombre de migrants s'engageant dans l'odyssée périlleuse vers le Nord de l'Europe.
Score record ?
L'Allemagne est en ébullition depuis qu'elle a ouvert ses portes en 2015 à plus d'un million de demandeurs d'asile, notamment des Syriens fuyant l'enfer de la guerre à bord de canaux pneumatiques pour rejoindre l'Union européenne.
Incendies de foyers de demandeurs d'asile, population scandalisée par des agressions sexuelles commises par des migrants à Cologne: les Allemands, qui avaient dans un premier temps accueillis les réfugiés avec des friandises et des oursons en peluche, semblent déboussolés.
Et ils sont de plus en plus nombreux à se tourner vers la droite populiste, qui espère un score historique dimanche.
L'Alternative pour l'Allemagne (AfD), jeune formation créée il y a trois ans pour contester l'euro, est pressentie comme la grande gagnante de ces scrutins, créditée d'entre 9% et 19% des intentions de vote selon la région.
A l'issue du vote dimanche, l'AfD, qui siège au Parlement européen, pourrait être représentée dans la moitié des 16 parlements régionaux.
En Saxe-Anhalt, avec 19% dans les sondages, elle dispute même la place de deuxième force politique régionale à la gauche radicale, die Linke. Et ce bien que cette région déshéritée d'ex-Allemagne de l'Est accueille peu de réfugiés.
L'envolée de ce parti constitue un scénario inédit depuis 1945 dans un pays perpétuellement en quête d'exemplarité morale après l'horreur nazie.
Malgré des dérapages verbaux, l'AfD, qui prône notamment la fermeture des frontières, creuse son sillon populiste en haranguant les foules contre les partis traditionnels.
'Honte'
Ces derniers rejettent toute coopération avec l'AfD, vilipendée comme étant "une honte pour l'Allemagne", selon le ministre des Finances.
Pour les partis traditionnels, la CDU et le SPD qui dominent la vie politique depuis 70 ans, la tâche de former des coalitions régionales viables pourrait s'en trouver alourdie.
Confiante, Angela Merkel jure néanmoins que l'AFD va refluer dès que la crise des réfugiés sera résolue.
Dans le Bade-Wurtemberg, région prospère où le taux de chômage est le plus bas d'Allemagne – à 4% –, la CDU pourrait perdre jusqu'à dix points par rapport au précédent scrutin et être détrônée comme première force politique régionale par les Verts. Les populistes y sont crédités de 11%.
Le candidat jugé falot dans ce Land, Guido Wolf, a pris ses distances avec Merkel durant la campagne pour tenter d'amadouer un électorat très attaché aux valeurs chrétiennes et qui craint pour ses repères avec l'afflux de migrants musulmans.
Dans la région voisine de la Rhénanie-Palatinat, la candidate CDU Julia Klöckner a cherché aussi à se démarquer en prônant un tour de vis en matière de politique migratoire. Elle est désormais au coude-à-coude avec la candidate sociale-démocrate, Malu Dreyer, tandis que l'AFD peut espérer 9% des voix.
Certains experts politiques notent toutefois qu'aussi contestée qu'elle soit, Angela Merkel demeure incontournable et sans rival capable de la battre. Sa popularité a d'ailleurs amorcé un rebond ces dernières semaines.
Bonjour {USERNAME}
<a target="_blank" href="http://www.hostingpics.net" title="Hebergeur d'image"><img src="http://img11.hostingpics.net/pics/843431ives.png" border="0" alt="Hebergeur d'image"></a>
http://ives.unblog.fr/


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:28 (2016)    Sujet du message: 13 mars 2016

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Notre Forum Index du Forum -> Actualité générale -> Actualités du jour Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com